Notre approche de la responsabilité sociale de l'entreprise

Notre gouvernance de la RSE

KFC en Limoges

La responsabilité sociale de l'entreprise fait partie de l'ADN de notre entreprise depuis sa création. Nous nous sommes toujours impliqués dans les questions fondamentales que sont le développement de nos collaborateurs, le souci d'une alimentation toujours plus qualitative, l'engagement solidaire et le respect de l'environnement.

C'est d'abord toute l'équipe de management de l'entreprise en France qui est impliquée. Elle se réunit régulièrement pour faire le point sur les avancées de nos actions, sur l'atteinte de nos objectifs et sur les nouvelles étapes à franchir.

Chez KFC, le développement durable est aussi et surtout l'affaire de tous. Nos collaborateurs, quel que soit leur niveau hiérarchique, sont tous très investis dans les actions solidaires et engagées de l'entreprise. Ils sont régulièrement invités à faire remonter leurs idées pour qu'ensemble nous puissions vraiment contribuer au meilleur niveau à une société française stable et soucieuse de son environnement, dans laquelle nous serons fiers de voir notre entreprise continuer à se développer.

Nos relations avec les parties prenantes

KFC en JeuxeyKFC est un contributeur important en France, nous sommes le 15ème recruteur en France*, nous générons chaque année environ 1 000 créations d'emplois et nous participons activement au développement du tissu économique local à chaque ouverture de restaurant.

Etre actif au sein de la société dans laquelle on évolue implique nécessairement d'être à l'écoute. A l'écoute des populations, notamment locales. A l'écoute des pouvoirs publics. Et plus globalement à l'écoute des signes d'évolution que la société nous renvoie.

KFC s'efforce chaque jour d'aller à la rencontre de toutes les parties prenantes. Dans une démarche d'ouverture mais aussi de recherche d'idées et de conseils, pour toujours faire évoluer nos actions dans une direction qui serve les intérêts de tous.

*"Palmarès des entreprises qui recrutent", Le Figaro Economie, 2016